28/02/2005

35 années de mariage

Nous avons célébré nos 35 années de mariage au Scholtes hof, près de Hasselt, splendide restaurant avec jardins à l'ancienne et cuisine réputée. Nous avions invité Paul, Monique, Marie Claire, Gauthier et Marina, Sandrina et Axel. Soirée mémorable de joie partagée, de rires fous suit à l'ntervention magistrale de Gauthier ventant les oligoéléments et retraçant la vie mouvementée de nos trois trésors. Bonheur de se retrouver dans une telle harmonie. Soirée inoubliable de 1988 !


15:07 Écrit par gvw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/02/2005

FAMILLE HENKEL A SAINT CLOUD

Lors d'un voyage d'une quarantaine d'actionnaires du groupe en France, nous les avons reçu à l'appartemnt de Saint Cloud, avec nos enfants. Ambiance très familiale et décontractée, cocktail, puis descente en bus jusau'à la Seine où un bateau nous attendait pour nous conduire à la place de la Concorde où un autre bus nous conduisait chez Maxim's pour un dîner de gala. Sur la photo Ysabel est en conversation avec le président du groupe Konrad Henkel.

12:06 Écrit par gvw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

KITZBUHEL

Lors d'un congrès du goupe Henkel organisé à Kitzbühel, Ysabel m'avait accompagné et nous sommes allés faire un voyage dans la région. Découverte de splendides paysages et passion de la montagne assurés




11:44 Écrit par gvw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

AMBASSADE D'ALLEMAGNE

Représentant un groupe allemand et d'autre part membre du Deutcher Industrie Kreis à Paris, Ysabel et moi étions souvent invités à l'ambassade de la République Fédérale d'Allemagne.
En 1974 le frère de Werner von Braun était ambassadeur. Sur cette photo Ysabel et moi signons le livre d'or lors d'une soirée de gala.
Lorsque les membres de la famille Henkel, actionnaires du groupe, sont venus à Paris, un grand dîner a été organisé dans le superbe palais Beauharnais, résidence de l'ambassadeur qualifiée de la plus prestigieuse au monde.



11:26 Écrit par gvw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/02/2005

HENKEL FRANCE

Les bureaux de Henkel France ont changé d'immeubles plusieurs fois au fur et à mesure du développement de la sodiété. D'abord à Bagneux au sud de Paris, puis à Gentilly et enfin à Boulogne sur Seine. J'avais demandé à un artiste de me faire un panneau en céramique pour suspendre dans mon bureau,  représentant symboliquement la production et les consommatrices. J'ai toujours banni le mot de "ménagère" repris dans les études statistiques.




15:38 Écrit par gvw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/02/2005

HENKEL PARIS

En arrivant en 1973 à Paris j'ai séjourné pendant 6 mois dans une tour en bord de Seine, près de la tour Eiffel, le temps d'organiser le départ d'Ysabel occupée avec ses soeurs Monique et Marie Claire dans la gestion de leur galerie d'art BLIVAN à Bruxelles. Quand toute la famille a débarqué à Paris nous avions eu la chance de trouver un appartement d'environ 250 m² à Saint Cloud, sur la heuteur, face à la Sein avec une vue panoramique sur Paris. Le rêve !
Réceptions et vie mondaine inévitable. C'est ainsi que hnou avons reçu à un cocktail le président Konrad Henkel et une partie de sa famille en visit à la société.

15:01 Écrit par gvw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/02/2005

BRUXELLES - PARIS

En 1967, après trois ans au Congo, me voilà nommé administrateur délégué de Lever s.a. à Bruxelles. J'avais quitté la sphère anglo-saxonne du groupe Unilever avec cet esprit de pionnier et de liberté pour me retrouver dans un contexte  étriqué. Le choc. Le board de Londres nous a reçus Ysabel et moi au Savoy de Londres pour un dîner d'adieu . Good luck ! Les affaires en Belgique étaient moins prospères. Trois usines se trouvaient à moins de 300 km l'une de l'autre: Haubourdain à Lille, Forest près de Bruxelles et Vlaardingen en Hollande. Il était inévitable de transférer la production de Forest vers Vlaardingen ce que je fis en apportant d'autres activités à Forest. Le groupe m'a proposé ensuite une nouvelle affectation en Amérique du Sud. Cela ne me convenait pas et nous nous sommes quittés à l'amiable. Je suis rentré dans un groupe américain Burndy Electra  en 1971,dont le siège pour l'Europe était à Bruxelles, pour diriger le marketing européen. N'étant pas ingénieur je n'avais pas d'avenir intéressant. Entretemps le groupe Henkel m'avait approché pour m'offrir une voie royale à Paris !
Me voila président directeur général de Henkel France après un séjour de 3 mois à Düsseldorf dans une véritabl ruche d'activité et de créativité, pur apprendre l'allemand et faire connaissance avec les dirigeants du groupe. Cette société familiale avec à sa tête Konrad Henkel descendant du fondateur avait une vocation internationale et, malgré les pertes en France, voulait s'y tailler une part de marché. Période passionnante où avec un chiffre d'affaires de 350 millions de FF pour les activités chimie et grand public ( détergents et cosmétiques), la perte de cette dernière était de 40 mio FF ! Lancement de nouveaux produits, acquisitions ( Diadermine, Le Chat, Lesieur Cotelle,entre autres) les parts de marché augmentent, les pertes comblées et, à mon départ à la retraite en 1989 le chiffre d'affaires en France était passé à 5 milliards de FF avec un bénéficie de 40 mioFF. Nous étions devenus les premiers en Europe.
Pendant ce temps là, sur le plan familial, les enfants avaient grandi, s'étaient fait des amis à Paris. Les premières amours pointaient au printemps de leur vie. Je leur consacrerai un chapitre particulier.
Ysabel, inlassable, jouait un rôle primordial dans ce succès par la qualité de ses réceptions et sa sociabilité, sa gentillesse, son ouverture sur le monde. Elle connaissait Paris comme un guide affuté et faisait découvrir des endroits privilégiés à nos invités dont nos amis Harich de Henkel à Düsseldorf.
 





10:17 Écrit par gvw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/02/2005

KINSHASA

En 1963, soit 3 ans après l'indépendance du Congo, nous sommes envoyés à Kinshasa et je suis nommé président directeur général de Marsavco, une filiale de production de savon, margarine et huiles comestibles, du groupe Unilever. L'économie tourne au ralenti mais j'applique la formation marketing en occupant un espace publicitaire quasiment vide. Les ventes font plus que doubler en 3 ans. Contacts suivis avec les congolais, maison située sur la Raquette, avenue le long du fleuve Congo, quartier des ambassades. Nous organisions des soirées de cinéma dans le jardin avec des films nouveaux prêtés par l'ONU sur place. Osorio Tafall, le délégué général de l'ONU était devenu notre ami grâce aux contacts de nos amis Francis et Micheline  Meynier de Salinelles ainsi que de Pepo Eskenazi. Excellente occasion pour nouer des contacts à tous niveaux dans une atmosphère décontractée. Visite de notre voisin Mc Murtray Godley, ambassadeur des Etats Unis, de Jacques Koszuisco Morizet, ambassadeur de France et de Charly de Kerkhove de Denterghem, ambassadeur de Belgique. C'est ainsi que nous avons reçu lors de cocktails, le premier ministre Moïse Tshombe et le général Mobutu, devenu président de la république.Le colonel belge John Powis de Tenbosche était notre ami et l'homme de confiance du général. Incroyable mais vrai, c'est notre cuisinier, le bon Nicolas, qui a préparé le repas pour une vingtaine de personnes réunies au QG de Mobutu la veille du coup d'état. Signe de confiance !
Lors du premier vol vers Kin j'ai rencontré un compositeur de musique congolais Roger Izeidi. Je lui ai demandé de composer un air de cha cha bantou pour le lancement du nouveau savon de toilette Reward. Succès immédiat, le tube de plusieurs années qui se jouait partout: "Palado mobali nangai,pesa savon Reward, sabouni kitoko" (pardon mon mari, apporte moi le savon Reward, le joli savon) fredonné par tout le monde ! ( plus de 20 millions de pains de 100 gr vendus en un an  !!!)
Ysabel a été une ambassadrice de talent et de charme et donnait un éclat à nos réceptions.
Nous avons été impressionnés par la qualité des contacts humains avec les congolais grâce à une attitude franche faite de respect mutuel. Un grand moment dans notre vie. Les enfants s'y sont épanouisdans ce climat favorable malgré la révolution de Mulele dont les troupes ont été arrêtées à 400 km de Kinshasa. Nous avons malgré tout pensé que leur avenir était en occident et qu'il fallait bien un jour quitter ce pays si accueillant.





09:28 Écrit par gvw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/02/2005

BUSINESS

Après un stage de direction chez Lever, je suis nommé product manager à Bruxelles. En 1958 je suis détaché aux Savonneries Lever , avenue Georges V à Paris. Toute la famille m'accompagne dans la joie. Nous sommes magnifiquement logés au 71 avenue Marceau à 300 mètres de l'arc de triomphe. Rien que ça. Un coup de chance ! Travail passionnant, voyages dans toute la France et à Alger, réunions de vente et lancement de produits nouveaux.
Nous passons 3 merveilleuses années à Paris, près de la famille d'Ysabel, ses parents à Neuilly et Françoise et Jean à Bruyères le Châtel.
Je reviens en Belgique chez Lever comme marketing manager sous la direction de John Lockwood un canadien bien sympathique.
Ysabel toujours active a géré les 3 enfants à Paris comme personne, les emmenant au parc du groupe Unilever à Montesson emportant non seulement les rations de survie mais aussi tout le matériel de jeux: auto-dépanneuse, auto à pédales, tricycle, à la stupéfaction des autres mamans sur place !





14:46 Écrit par gvw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/02/2005

LES BUMS

Bum signifie enfant dans le langage secret.
Gauthier est né le 22 octobre 1954, Sandrina le 7 avril 1957 et Axel le 21 octobre 1958 en plein exposiiton universelle.
Merveilleux enfants qui viennent couronner notre bonheur et la confiance dans l'avenir.

Ysabel a toujours été une maman d'exception se dévouant pour ses petits pendant que je partais la journée au bureau, j'étais product manager chez Lever à Bruxelles. Nous habitions à Overijse dans une charmante petite bicoque dans les bois, au bout d'un chemin. Nous passions nos week-end à jardiner, couper du bois ou recevoir des amis et parents.


15:39 Écrit par gvw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

FIANCAILLES ET MARIAGE

Nous nous sommes fiancés pendant mon service militaire et la fête s'est déroulée à Zellick chez Monique et André Blieck.
Notre mariage a été célébré en octobre 1953 , à Nieuport pour le civil et à Sclayen dans l'ancienne propriété de la famille Lefèbvre. J'ai retrouvé une photo des fiançailles mais pour le mariage la journée a été plutôt filmée, recopié ces derniers temps sur DVD.
Voyage de noces sur la côte d'azur. Le vrai bonheur était enfin vécu au quotidien sans les kisses good bey à chaque fin de week-end !
 




15:22 Écrit par gvw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

FORCE AERIENNE

Deux ans de service militaire à l'époque ! Affecté à l'unité de défense des aérodrômes (UDA) je prépare l'école d'officiers de réserve d'abord à Melsbroeck puis à Nivelles. La découverte des premiers avions à réaction F16 avec les pilotes soignés comme des stars. Une fois sous lieutenant je suis nommé à l'état major général à Bruxelles au service d'information de l'armée. Mission: faire des conférences dans les écoles avec projection de films d'aviation pour stimuler l'engagement d'élèves pilotes. Formidable expérience. Pendant ce temps j'ai participé à l'organisation logistique du premier meeting aérien de NATO

10:23 Écrit par gvw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

COUP DE FOUDRE

Le hazard joue à cache cache avec le destin. Jean Pierre me propose un week end de 1948 de l'accompagner à Nieuport rencontrer un de ses copains, ami de Marie Claire Lefebvre. Pour me convaincre il m'annonce la présence de 4 filles superbes. A ne pas manquer. Il y avait Françoise, déjà mariée à Jean Riché, Marie Claire, Monique et Ysabel. J'étais foudroyé par Ysabel, les glaces du pôle Nord se sont mises à fondre et j'ai été submergé par un torrent d'émotions...
La stupéfaction de rencontrer une Vénus jaillissant de la mer avec un regard perçant, des cheveux au vent et un sourire de carnassier. Le charme et la féminité féline achevèrent de me conquérir. Ysabel jouait en plus de la guitare sur la plage et l'air de "Moonlight in Vermont" chante encore à mes oreilles. une sirène vous dis-je...
Nous sommes allés danser au Hoeve au Zoute, le "must" de l'époque avec tous les disques américains et le jitterburg andiablé.
Un amour fou est né !
Nous voulions nous revoir très vite. Il n'y avait pas de GSM ni de net à l'époque. Pas de téléphone dans la villa de Nieuport. Les postes étaient donc mises à contribution avec une lettre quotidienne, des télégrammes pour confirmer notre amour. Je n'avais pas de voiture. Il fallait prendre le train jusqu'à Ostende, puis le tram jusqu'à  Nieuport. Le temps du voyage portait le rêve.
 Je devais achever mes études à l'unif et ensuite faire mon service militaire de 2 ans!! Notre amour nous a permis de patienter jusqu'en 1953 jour de notre mariage le 3 octobre !




 


09:35 Écrit par gvw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/02/2005

LES AMIS

Nous formions une bande solidaire de 5 amis: Mario ¨Pereira da Luz, père portugais et mère hollandaise, Robert Prophète, Jean Beaudoux, Luc Carlier Jean Pierre Verdier et moi. Sans nouvelles de Jean Pierre, serais-je le dernier survivant ?? Nous étions de toutes les virées en fin et après la guerre pour rattraper le temps volé à notre jeunesse. La fièvre du samedi soir nous prenait au "Versailles" club de danse dans les galeries de la reine à Bruxelles avec l'orchestre Jump Collège. Passion du jazz, du rock and roll et du jitter bug. Nous voulions créer un club de jazz le "Five Pey's Club" Mais l'un de nous était terrassé par un accident mortel de voiture, c'était Mario à 21 ans. Danièle Delmotte, sa fiancée, est devenue notre mascotte. Comme le montre la photo, nous avons pris soin d'elle pour lui faire oublier ce drame.




16:49 Écrit par gvw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

ETUDES

J'ai fait mes études à l'athénée royal de Bruxelles avec des profs de latin et de français passionnants. C'est là que les secrets de l'orthographe m'ont été révélés!
 Les maths n'étaient pas ma tasse de thé et les amis dans le même cas étions traités de "misérables" par Monsieur Fauville, prof de math, qui avait tout d'un fauve, aimable malgré tout.
C'était la guerre et une partie des cours a été donnée à l'athénée Robert Cateau près du palais de justice. Période de privations, pas de chocolat ou de sucreries. Mais papa avec un courage et une ténacité incroyables allait chercher des valises de ravitaillement à la campagne près de Hasselt et passait les contrôles de la "polizei" en annonçant qu'il avait dans ses valises "Butter, Schinken un Eier!" Son culot avait permis de franchir l'obstacle, le policier ne le croyant pas, éclatant de rire !!

Pendant mon athénée, avec quelques copains, nous avons créé un journal d'étudiants, le "ROUGE ET VERT" couleurs de Bruxelles. Nous tirions à 2.000 exemplaires et avons demandé au journal "Le Soir" de nous imprimer ! Le rédacteur en chef du journal était stupéfait de cette impertinente demande de gamins qui n'avaient pas le sou, mais, en homme d'affaires avisé, il avait compris que la création d'un nouveau journal lui permettait d'obtenir des quotas de papier supplémentaires dans cette période de pénurie.Nous avions accès à toute la documentation du "Le Soir" et j'allais régulièrement au "marbre" pour les mises en page. Ensuite nous avons demandé au journal "Les Sports" de nous imprimer gratiutement en échange d'une demi page de publicité pour fidéliser les jeunes lecteurs. Déjà une vision marketing...Nous avions des délégués dans chaque école de Bruxelles et sommes même entré au lycée Daschbeek, chez les filles, temple inviolable !!! Révolution à l'époque.
Je me suis inscrit à l'ULB ( université libre de Bruxelles) et ai décroché un diplôme de licence en sciences politiques et diplomatiques. Ayant mon clan d'amis je ne me suis pas mêlé  aux beuveries estudiantines abrutissantes et vides de sens.












14:45 Écrit par gvw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

ADOLESCENCE

Après avoir passé notre enfance à Hasselt, Geraerts straat, papa a été nommé à Bruxelles en 1937 à la direction de la taxe de transmission, ancêtre de la TVA. Un bel appartement rue de la Chancellerie, à côté de la cathédrale Sainte Gudule, avait été trouvé par maman, inlassable exploratrice. 
Nous allions faire du ski à Elsenborn, dans les cantons de l'est de la Belgique. J'ai aussi eu la chance d'accompagner maman à Megève en janvier 1940 où j'ai rencontré le champion de ski Emile Alais qui était mon moniteur. Le 2 mai 1940, soit huit jours avant la déclaration de guerre j'ai effectué mon baptème de l'air dans Junker bimoteur de la Sabena. Emotions et émerveillement !
Avant guerre nous allions passer nos deux mois de grandes vacances dans le Cap Corse dans la vallée de Sisco à Barigioni, petit village dans la montagne.C'était la maison de ma tante Eléonor qui avait épousé un corse Pierre Battistini. Yves, leur fils était notre grand frère. Ce voyage en train et bateau au départ de Nice était l'éqauivalent d'un voyage en Australie de nos jours. Souvenirs inoubliables de découverte d'une autre nature avec les odeurs denses du maquis et les craintes des incendies de forêt à la fin de l'été.
Je me souviendrai toujours de l'ahurissement et de l'angoisse du 10 mai 1940 quand les premiers Stukas allemands survolaient Bruxelles dans un bruit hurlant, prévu pour affoler les populations. Après quelques jours de réflexion papa a décidé de nous envoyer en France pour échapper à l'invasion . Lui devait rester fidèle à son poste au ministère des finances. Première étape à Paris puis Bordeaux et enfin Lourdes où papa est venu nous rechercher avec une voiture empruntée. Avec son culot monstre il parvenait à obtenir de l'essence au nez et à la barbe des allemands !




11:36 Écrit par gvw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/02/2005

MON ENFANCE

Des souvenirs jaillissent pêle mêle avec des îles, refuges subtils d'impressions précises. Tout petit mon papa m'emmenait en promenade me mettant à l'avant de son vélo, dans un siège adéquat. Plus tard je pouvais m'asseoir sur une petite selle fixée sur la barre transversale. J'étais monté en grade, lorgnant déjà sur le siège de papa ! Il avait du plaisir à rouler vers la campine limbourgeoise, sur des sentiers de sable dammés par d'autres promeneurs. Je partageais ce sentiment en silence n'identifiant pas encore la frontière du plaisir. Je me souviens d'avoir capté confusément des effluves fugaces de sapins mêlées à l'odeur du sable et de la bruyère. Cela tourbillonnait dans ma tête d'enfant et je me disais qu'il était bon d'être là. Nous roulions vers les Heecrabbers, refuge en pleine bruyère, construit par mon grand père maternel Guillaume avec ses amis. Ils étaient fous de peinture et brossaient sur leurs toiles les paysages des étangs d'eau ferrugineuse brune bordées de bouleaux et de pins. C'était déjà une vision de paradis.




14:10 Écrit par gvw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/02/2005

MES PARENTS

Maman, Rose REQUILE  est née à Hasselt le 24 mars 1895 et décédée à Etterbeek Bruxelles le 14 février 1970.  Elle avait un frère Fernand décédé en 1981 et une soeur  Eléonore décédée à 103 ans en Corse en  2003.
Papa, Jean van WEDDINGEN est né à Héverlé le 27 janvier 1893 et décédé à Etterbeek- Bruxelles le 31 octobre 1974. Il avait un frère Alphonse mort en 1918 et une soeur Alice morte en 1929.
Deux enfants sont nés de leur matiage : Paul né à Hasselt le 24 avril 1921 et Guy né à Hasselt le 16 mars 1927.
Paul a d'ailleurs établi un arbre généalogique de qualité qui remonte à 1526 pour la branche Requilé ou Requilez, d'origine espagnole.
Pour la branche van Weddingen, les recherches sont en cours mais elles s'arrêtent au XVIIIème siècle... continuons à piocher.
Nous avons passé une jeunesse insouciante Paul et moi en faisant nos études à l'athénée de Hasselt et sommes devenus de bons bilingues.

09:28 Écrit par gvw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/02/2005

INAUGURATION BIENVENUE

BIENVENUE A TOUS !
J'ai décidé de me lancer dans la conception de mon blog , en ce début 2005,suite à une démonstration faite par mon ami Xavier Castiaux, commandant de bord d'airbus et virtuose du web.
Comme je passe tous les jours un certain temps sur mon ordinateur et sur le web, entrecoupé de rangements de photos de famille, je me suis dit que ce serait amusant (pour moi) et peut être intéressant pour mes enfants et petits enfants de découvrir les souvenirs de famille.

J'ai donc fait un tri de photos illustrant différentes étapes de ma vie et de celle des miens.
Je vais créer plusieurs blogs, "gvwfamily" qui reprend les grandes étapes de ma vie, un blog "gvwenfants" et un blog "sagadepitet"
Amusez vous de sauter de l'un à l'autre !
Guy









15:43 Écrit par gvw | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |